Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[23/03/2019] Foulées SoMaBé

Publié par David Gueudet sur 23 Mars 2019, 17:28pm

Catégories : #COURSE À PIED

[23/03/2019] Foulées SoMaBé

Une course solidaire, conviviale et... disputée !

Un mois après mon dernier dossard sur le Trail des Givrés dans le Pas-de-Calais (enchaînement du 11km nocturne et du 29km pour le Challenge), il est temps de je prenne part à une nouvelle course. Et comme pour nombre de mes dossards en 2019, je vais découvrir deux nouvelles épreuves ce week-end. D'abord, les Foulées SoMaBé ce samedi puis le Trail de l'Aubetin ce dimanche. Il m'est important de me jauger un peu à un mois de mon objectif du début de saison, les 68 kilomètres du Grand Trail du Sonneur, à la Brie des Morin.

Pour les Foulées SoMaBé (Solidarité Marly Bénin), je choisis de m'aligner sur le 5km plutôt que sur le 10 afin de pouvoir enchaîner plus facilement les deux courses du week-end mais également de voir où j'en suis sur cette distance. J'ai établi mon record personnel sur 5km l'an dernier (18'27 aux Foulées Briardes) mais je n'en ai pas couru depuis l'Oxy Trail (fin juin 2018) !

J'aborde la course après une semaine assez chargée et fatigante mais pendant laquelle je me suis senti plutôt en forme. Dimanche dernier, j'ai remporté mes trois matches de Simple à l'occasion des Barrages en Interclub alors que j'avais perdu mes 6 Simples en saison régulière. Mercredi et vendredi, j'ai pu faire mes trajets pour le boulot à vélo et jeudi soir, j'ai testé une séance à l'US Torcy Athlétisme car Julie et sa mère rejoignent ce club. Il est donc fort probable que ce soit mon cas aussi. Une bonne séance de 7x1000m à allure 10km qui m'a fait plaisir.

Samedi 23 mars 2019

Après la matinée au boulot, direction Marly-la-Ville en début d'après-midi. Les conditions météorologiques sont correctes même s'il ne fait pas si chaud que ça quand le soleil se cache et le vent se fait plus actif. Pour autant, nous n'aurons pas froid sur 5 kilomètres !

Sur place, je devais retrouver Sothéa mais il m'a prévenu en fin de semaine qu'il est forfait car il lui faut un peu de temps pour se remettre du 80km de l'Eco Trail de samedi dernier... tu m'étonnes ! En revanche, je retrouve bien une connaissance en la personne de Cyril qui m'avait devancé à la Roue Fertoise en août dernier. Cyril a fini troisième des Foulées SoMaBé l'an passé en 19 minutes et 15 secondes d'où sa venue aujourd'hui malgré une coupure de quelques semaines pour cause de pubalgie.

Nous discutons en attendant le départ légèrement retardé. J'ai hâte que cela commence car il ne fait pas bien chaud en tenue de course. Evidemment, je cours léger aujourd'hui : tee-shirt et short double-fonction, chaussures Kalenji Kiprun Fast et casquette sur la tête. Le but est de se tester. Si je me sens bien, je vise un sub 19'. Autrement, moins de 19'30, j'espère. Cyril me prévient que le parcours n'est pas facile avec des montées et des relances.

Les joëlettes et un athlète en fauteuil s'élancent puis c'est à nous. Le départ se fait un peu à l'arrache sur un chemin assez étroit, au milieu d'une descente. C'est Harry Bignon, speaker sur l'épreuve, qui nous donne le décompte. C'est parti !

Concentré avant le départ, tout à gauche - en jaune - aux côtés des favoris de l'épreuve ! (Photo Harry Bignon)

Concentré avant le départ, tout à gauche - en jaune - aux côtés des favoris de l'épreuve ! (Photo Harry Bignon)

La course

Mes premiers mètres ne sont pas simples. Nous nous sommes positionnés aux avant-postes avec Cyril pour ne pas être gênés mais du coup, je suis à cheval entre le chemin et un petit fossé en herbe. Pour éviter de chuter, je navigue entre les deux mais grâce à ma vitesse, je me fraye un chemin pour devancer ceux qui me bloquaient involontairement.

Un départ en descente, ça me convient bien car j'aime bien prendre de la vitesse sans forcer sur les premières dizaines de mètres. La pente est assez raide, n'empêche et je me retrouve assez vite en 6 ou 7ème position, entre Cyril et un coureur que nous avons clairement identifié comme l'un des favoris du 5km avec ses camarades de club.

Une fois en bas de la descente, nous prenons un virage serré à droite pour retrouver le bitume. La situation est assez particulière car la circulation n'a pas été complètement bloquée donc un bus se trouve sur la route que nous sommes censés emprunter. Nous prenons donc le trottoir. On double rapidement un jeune concurrent parti au sprint qui voulait sans doute mener la course pendant quelques secondes.

Devant, c'est parti très fort. Impossible pour moi de m'accrocher. En plus, les deux courses partant en même temps, on ne sait pas s'il s'agit de concurrents du 5 ou du 10km. En fait, ce ne sont que des athlètes de la courte distance que j'ai devant moi à ce moment-là. Nous dépassons l'athlète en fauteuil au niveau du rond-point où je me suis stationné une bonne heure auparavant. Je n'ai pas de très bonnes sensations dans les jambes mais il faut dire que nous allons vite, sûrement trop vite.

Du coup, je ne suis pas très à l'aise mais pour autant, j'avance bien sans m'en rendre compte. Je pense que je suis plutôt bien physiquement, juste un peu fatigué de ma semaine. Nous rattrapons ensuite progressivement les deux joëlettes tandis que plusieurs concurrents nous passent, y compris le futur vainqueur du 10km. Cyril lâche progressivement. Je monte la première difficulté de la course au train, sans m'affoler. Je gère plutôt bien la montée.

Le parcours de l'épreuve me convient bien même s'il est difficile. Les montées cassent bien mais elles me permettent de gérer en ne restant pas dans une monotonie lassante. Je suis plutôt à l'aise sur les relances. Les portions les plus difficiles pour moi restent comme d'habitude les lignes droites plates ou en faux-plat. Je subis également la partie au milieu des champs où nous ressentons le plus le vent. Je m'en suis bien rendu compte en septembre dernier au semi-marathon de la Foulée Paroissienne, je ne suis pas bon face au vent.

Cependant, je tiens bien et les kilomètres défilent plutôt bien. Ils sont indiqués au sol, un bon repère qui me rassure sur mon état de forme car autrement, sans montre, j'ai bien du mal à savoir où j'en suis. Je ne connais pas le niveau des concurrents qui me devancent mais en fait, cela va vite !

J'attaque l'ultime difficulté du parcours après une course relativement bien gérée avec en ligne de mire deux concurrents du 10km. Je tiens bien à distance mes poursuivants et ne suis ainsi pas menacé. Je m'applique pour bien respirer et je relance une fois en haut. Dernières foulées, en descente sur le chemin puis je tourne à droite juste avant la ligne de départ pour rejoindre l'arrivée et non partir pour une deuxième boucle comme les athlètes du 10km.

Je franchis l'arche d'arrivée après 18 minutes et 47 secondes d'effort avec la satisfaction d'entendre Harry prononcer mon nom. Je suis huitième de la course quand avec le même chrono, j'aurais fini troisième en 2018 et même premier en 2017 (!). Cyril termine un peu moins d'une minute plus tard, dixième. Devant, cela allait beaucoup trop vite. Le premier l'emporte en 16'02, le podium est en 17'07 !! Je suis très satisfait de mon résultat du jour, ma troisième meilleure performance sur la distance. 8ème sur 53 arrivants chronométrés (car ceux qui le voulaient pouvaient s'inscrire pour le plaisir en non-chronométré). De bon augure pour la suite...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents