Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin

Publié par David Gueudet sur 28 Octobre 2019, 10:10am

Catégories : #COURSE À PIED

[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin

Chaque année, ce dernier week-end d'octobre offre peu de possibilités de compétitions à proximité de la maison. Habituellement, je vais à Sens pour le tournoi de Badminton puisque les Internationaux de France se déroulent à Coubertin et font qu'aucun tournoi ne peut se dérouler en parallèle en Ile de France. Et en course à pied, c'est presque le néant aussi, nombre de franciliens partant dans le Sud pour faire Marseille - Cassis notamment.

C'est donc l'occasion pour moi de découvrir une course dans le Sud de la Seine-et-Marne, à Saint-Pierre-lès-Nemours. C'est une épreuve qui figure au calendrier du Challenge du 77 et que je souhaite découvrir depuis un moment. J'ai le choix entre 11 et 24 kilomètres donc je choisis la distance la plus longue car je fais pas mal de court en ce moment. Je prends rarement part à ces courses de 20 à 30 kilomètres qui sont pourtant de bonnes sorties relativement longues.

Samedi, veille de course, je prends part au OFF Kikouroù aux Jardins du Château de Versailles organisé par Christian. 20 kilomètres bien sympas avec le beau temps à arpenter tous les chemins des bosquets et fontaines des jardins. Puis, un after très convivial pour boucler un bien bon moment.

[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin
[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin

Dimanche 27 octobre 2019

Une semaine après les 10 kilomètres du Confluent aux Foulées de Montereau-Fault-Yonne, retour dans le Sud de la Seine-et-Marne ce matin, à un peu plus d'une heure de route, du côté de Nemours. Ce n'est clairement pas la porte à côté mais il n'y a pas vraiment de course plus proche de la maison ce week-end et j'ai bien envie de découvrir le parcours de cette course, le Trail du Mont-Sarrazin.

Il pleut en continu depuis plusieurs heures, comme la semaine passée, lorsque j'arrive sur place. Tant pis, j'ai au moins profité du beau temps la veille, je serai moins en touriste aujourd'hui même si je viens sans le moindre objectif, juste pour me faire plaisir. Je stationne sur le parking aménagé sur le terrain de Football puis je me rends au Stade où s'effectue le retrait des dossards. Je récupère mon bien, le numéro 48, salue au passage Jeremy de l'USO Chelles puis retourne à la voiture pour me préparer à l'abri et au chaud.

Mon timing est assez serré ce matin, pour une fois. Je suis parti à 8h00 de chez moi, arrivé vers 9h10 sur place pour un départ de la course à 9h45. Le Trail de 11 kilomètres s'est élancé à 9h15 ainsi que les courses enfants dans la foulée. Je ne tarde donc pas avant de retourner au stade pour le départ de la course.

Aujourd'hui, ce sera mon cuissard court en bas, mes chaussures de Trail Kalenji Kiprun XT7 aux pieds, un tee-shirt manches longues et un manches courtes en haut et la traditionnelle casquette Kikouroù sur la tête. Pas de sac sur le dos car... en le préparant, je l'ai oublié dans la salle de bain !! Heureusement, ce n'est pas la poche à eau mais mes flasks que j'ai embarqué ce matin, pour changer de d'habitude. Donc je vais pouvoir porter une flask à la main pendant la course. Je ne sais même pas s'il y a des ravitaillements sur la course à ce moment (!).

Et j'en ai désormais pris l'habitude depuis le Trail du Soldat de la Marne, je pars également avec ma montre, la Suunto Ambit 2.

La course

Direction la ligne de départ maintenant. Je ne m'échauffe pas mais je fais juste quelques étirements pour ne pas partir à froid non plus. Il pleut toujours mais c'est supportable et la température est correcte, je ne devrais pas avoir froid. Les conditions sont finalement plutôt bonnes pour une course nature, même si ce serait évidemment plus agréable sous le soleil.

Juste avant 9h45, je retrouve un coureur de Montereau que j'ai croisé aux Départementaux de 5000m sur piste à Chessy et qui me dit s'être souvenu de quand nous nous sommes croisés la première fois, aux Foulées Briardes en 2018. On discute et du coup, je me fais un peu surprendre par le coup de pistolet du starter. Je m'élance tout en réglant ma montre pour commencer l'enregistrement de l'activité, avec quelques dizaines de mètres et quelques secondes de course de retard du coup.

Dès le début, le parcours est plutôt sympa. Je suis loin dans le peloton à cause de mon départ donc il faut que je remonte pas mal de concurrents mais j'apprécie les zigzags que nous avons à faire, dans l'herbe, entre les rochers. Le parcours promet d'être très sympa. Nous arrivons assez vite dans la première difficulté de la course tandis que je cherche la meilleure solution pour le port de ma flask : ce sera essentiellement dans la main gauche et parfois dans la main droite pour reposer la gauche et ne pas me crisper.

Je le sens dès les premières bosses, le dénivelé positif va me faire mal aujourd'hui. A part aux Fauvettes, j'en ai très peu fait ces derniers temps avec comme seules sorties course à pied des séances sur piste et des courses sur route ou courtes distances. Le plat me convient bien et je me régale toujours dans les descentes.

Du coup, je suis en gestion, je ne m'emballe pas sur les premiers kilomètres et j'essaie de trouver le bon rythme. Pourtant, je vais quand même trop vite, à force de remonter des coureurs et aussi des coureuses puisque je vais jusqu'à dépasser la première féminine. Mon début de course n'est pas si prudent que ça même si j'ai sûrement les capacités pour tenir ce rythme, je n'en ai pas l'entraînement.

Je me calme au bout de 4/5 kilomètres, la première moitié de course étant assez exigeante. Je laisse quelques concurrents me dépasser, surtout en montées où je me mets à marcher rapidement. J'apprécie le parcours qui est vraiment très joli et je gère, tranquillement, avec des sensations très moyennes quand même.

Je subis un peu la course pendant une dizaine de kilomètres même si je n'ai aucun soucis pour courir. Je ne me sens pas très en forme alors que le tout début de course était plutôt intéressant, je me suis un peu grillé, certainement. Ah le manque d'expérience ! Mais il n'y a rien d'alarmant, je veux juste finir la course en profitant au maximum, peu importe mon chrono et mon classement.

A part le premier ravitaillement placé en début de course, je profite des trois suivants pour m'arrêter quelques instants, manger un petit quelque chose et boire un peu de coca. Je bois occasionnellement un peu d'eau de ma flask mais vue la météo, je ne m'hydrate pas énormément. Mais suffisamment pour autant.

Au bout d'une montée, les concurrents devant moi doutent un moment du balisage donc nous nous retrouvons à 5 mais repartons assez vite à la vue d'une flèche quelques mètres plus loin. Globalement, le tracé est très bien balisé, il est difficile de se perdre. Le terrain est lui parfois un peu glissant, il faut surtout faire attention aux zones où il y a de la pierre car c'est très humide mais je ne me ferai aucune frayeur aujourd'hui, vigilant sur la pose de mes pieds.

Un peu plus loin, alors que je gère tranquillement un faux-plat montant, je propose au coureur qui me suit de passer car je n'avance pas bien vite mais il préfère rester derrière moi et la discussion s'engage avec ce VTTiste qui regrette un peu d'avoir choisi le 24km car il se dit dans le dur. Peu après, il me dépose dans une montée alors je me demande si c'est moi qui suis K.O ou s'il ne se crame pas. La réponse va venir assez rapidement.

Un peu plus loin, alors que je reviens progressivement sur la troisième féminine qui m'avait dépassé quelques kilomètres plus tôt aux côtés de la deuxième, une autre coureuse revient fort de l'arrière. Elle me dépose et je l'encourage en lui disant que le podium est juste devant. A partir de là, nous sommes vers le kilomètre 14/15, je vais connaître un gros coup de mieux dans une portion qui m'est plus favorable.

Photos par l'orga en haut des marches, une belle bosse du parcours !Photos par l'orga en haut des marches, une belle bosse du parcours !

Photos par l'orga en haut des marches, une belle bosse du parcours !

Enfin ! A 9 kilomètres de l'arrivée, je me fais vraiment plaisir en relançant assez fort pendant 2 kilomètres de plat et en profitant beaucoup plus des passages plus techniques. Ma course débute seulement véritablement. Par conséquent, je reviens vite sur le VTTiste que je dépose avant de reprendre l'ancienne 3ème féminine qui finira 4ème.

Je me sens vraiment beaucoup mieux donc je me fatigue car j'accélère mais je m'en fiche, je m'amuse là ! Les kilomètres défilent beaucoup plus vite, la dynamique est parfaite sur ce parcours où les portions les plus roulantes me donnent la patate ! C'est sûrement l'effet des séances sur piste ça, je prends bien plus de plaisir sur le plat qu'avant, étant plus à l'aise pour relancer.

Merci à Antoine pour les photos !Merci à Antoine pour les photos !

Merci à Antoine pour les photos !

Je rattrape progressivement d'autres concurrents, je dévale une descente en sable après avoir peiné, comme tout le monde, dans une montée d'escaliers qui fait mal à ce moment de la course. Mais le tracé est varié, c'est cool. Je reviens sur les talons d'un coureur de l'USO Chelles et de la 3ème féminine avec qui j'ai finalement maintenu l'écart pendant 9 bons kilomètres.

Nous arrivons au niveau du stade mais il reste une boucle d'un peu moins de 2 kilomètres à faire. Au loin, un ancien kikoureur me chambre, m'ayant reconnu. Sylvain me dit d'y aller davantage parce que "on n'est pas au Badminton ici !". Je termine à un bon rythme et passe à moins de 500 mètres de l'arrivée lorsque la première féminine, une concurrente de l'USRA, franchit la ligne. J'aurai vraiment assisté à la lutte pour le podium féminin aujourd'hui.

La deuxième arrive quelques instants plus tard, alors que j'entre sur la piste puis la troisième, juste avant moi. Je finis avec une bonne foulée et les deux féminines suivantes arrivent très peu de temps après également. A la montre, j'ai 2 heures 11 minutes et 50 secondes auxquelles il faut rajouter les quelques secondes manquées du début de course pour un peu moins de 23 kilomètres. On peut donc considérer que la course faisait en fait plutôt 23 kilomètres pour environ 450 mètres de dénivelé positif.

Je finis 46ème sur 175 arrivants en 2 heures 12 minutes et 07 secondes.

[27/10/2019] Trail du Mont-Sarrazin

Je ne traîne pas sur place, après avoir profité du ravitaillement d'arrivée. L'organisation était très bonne, je suis bien content d'être venu et d'avoir foulé ce chouette parcours même si je manque d'entraînement pour ce type de distance et de tracé. Un balisage impeccable, des bénévoles très agréables, ça donne envie de revenir en tout cas. Beaucoup de passages semblables au Circuit des 25 bosses, en moins difficile mais le même type de paysages et de chemins. Dommage que ce soit si loin de la maison. La pluie continue de tomber donc je ne m'attarde pas mais c'était une belle matinée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents