Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

Publié par David Gueudet sur 16 Juin 2019, 19:44pm

Catégories : #COURSE À PIED

[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

J'ai participé à 137 courses de tous types, de 800 mètres à 68 kilomètres, de la piste aux Trails en passant par la route, des duathlons, un triathlon, un Run & Bike, de la C.O, de la marche... Mais jusqu'à présent, je n'avais jamais pris le départ d'un marathon ! C'est chose faite désormais mais pas sur n'importe quel marathon. Non, je n'ai pas choisi un marathon roulant dans l'optique de faire un chrono. Sans préparation, je ne pense pas pouvoir y prendre du plaisir. Du coup, j'ai choisi le marathon le plus proche de la maison qui passe par des coins très sympas de la Seine-et-Marne et dont le profil me plaît davantage mais je sais que ce ne sera pas facile. Objectif annoncé : moins de 4h00. Et malgré ce que l'on me dit, vu la course et mon manque de prépa, je sais que je pourrai difficilement faire beaucoup moins. Mais en ce moment, la forme est là.

La forme est tellement là que j'ai battu mon RP sur 800 mètres mercredi soir à la soirée de Saint-Maur et que j'ai gagné ma première course au scratch ce samedi soir, veille de Marathon, aux Foulées Briardes ! Je n'aborde pas la course dans un état de fraîcheur optimal car la nuit a été plutôt courte avec les podiums tardifs la veille mais je ne me voyais pas manquer la cérémonie dans ces circonstances, avec le podium de Julie en bonus.

Ce dimanche matin, nous nous rendons au Parc de Rentilly à vélo avec Julie. Elle m'accompagnera avec pendant la course, une manière de vivre celle-ci ensemble mais à mon rythme, cette fois. Il y a à peine 4 kilomètres pour venir au village départ, c'est parfait ! Nous arrivons un peu avant 8h00, je récupère mon dossard - le 179 - puis nous nous posons un peu pour profiter du cadre du parc et de la bonne météo. Nous aurons les conditions idéales aujourd'hui car il fait beau mais pas trop chaud.

Le départ approche, nous quittons notre banc pour reprendre nos vélos. Je passe déposer mes affaires à la consigne puis j'accroche mon vélo à un arbre en prenant bien soin de faire en sorte qu'il soit visible par les bénévoles pour éviter tout problème. Pour cette course, l'avantage est qu'il y a de très nombreux ravitaillement, en eau et/ou en solide puisqu'il y en a un dans chaque commune traversée. Or, nous passons par pas moins de 20 communes de Marne-et-Gondoire !

Chaque année, le Marathon MEGA a sa thématique. Cette fois, l'édition "La piste des coquelicots" est orientée Western. Après une année blanche en 2018 où la course avait été annulée au dernier moment, le Marathon fête sa 15ème édition en 2019. Un marathon pas comme les autres, chaleureux et convivial avec relativement peu de participants au départ (67 équipes et un peu plus de 200 individuels).

[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

Juste avant le départ, je retrouve pleins de connaissances ! Arnaud que j'ai croisé à la No Finish Line de Paris, Jeff évidemment avec qui j'étais la veille au soir aux Foulées Briardes, qui sera lui aussi accompagné par une Julie à vélo. Puis de nombreux kikoureurs que j'ai plaisir à retrouver également : Alex, Yann, Thierry, Stef et Augustin (ou encore David que je n'ai malheureusement pas croisé !) et la Team FunRun avec qui j'avais vécu l'Ekiden du PAAC il y a quelques semaines. Alex aussi sera accompagné par quelqu'un à vélo, Juliette, sa fille, un beau moment de partage.

 

La course

ÉTAPE No 1 - 2,340 kilomètres
BUSSY ST MARTIN/ GOUVERNES

Deux minutes après le départ des coureurs non-voyants avec leurs guides, c'est parti pour le peloton de coureurs individuels ou en relais, depuis le milieu du Parc de Rentilly ! 42,195 kilomètres et 500 mètres de dénivelé positif au programme, en alternance de chemins et de bitume. Un marathon varié qui s'annonce particulièrement exigeant.

Le début de course est très favorable puis nous commençons par une portion descendante sur les chemins du Parc, en direction de la grille d'entrée du bas. Nous la franchissons puis nous traversons la route en direction de l'Etang de la Loy. C'est le long du chemin qui nous y mène que sont postés les différents accompagnateurs à vélo et il y en a quelques-uns ! C'est une particularité de cette course, à condition de ne gêner personne, les suiveurs à vélo sont les bienvenus et ils font partie intégrante du cadre général de l'épreuve, régulièrement orientés vers des passages annexes par les bénévoles signaleurs.

C'est un peu plus loin que se sont positionnées Juliette et les deux Julie. Cela tombe bien qu'elles soient ensemble car je suis avec Jeff et Alex sur ce début de course. Avec Yann aussi. Nous partons sur un rythme élevé, dans l'emballement du début de course roulant et sûrement bien aidés par les relayeurs qui n'ont pas forcément beaucoup de kilomètres à parcourir et peuvent ainsi envoyer un peu. Alors que nous devrions de notre côté être plus modérés car la route est longue !

Nous longeons ensuite l'Etang de la Loy avant de partir vers les champs sur chemin mais de rapidement retourner vers le bitume, en descente, dans les rues de Gouvernes. Ce début de parcours, je le connais bien pour avoir été bénévole au Run & Bike de Rentilly l'an dernier et avoir fait quelques marches avec Julie dans le coin. Un premier ravitaillement en eau nous attend après à peine plus de 2 kilomètres, l'occasion de se mettre un peu d'eau dessus car il ne fait pas froid, quand même. 

 

ÉTAPE No2 - 1 kilomètre
GOUVERNES/SAINT THIBAULT LES VIGNES

Alex nous a prévenu au départ, il y a une première côte qui pique après 2 kilomètres et il n'a pas menti car nous voilà en pleine ascension d'une belle bosse, sur la route. Devant, Jeff est parti un peu vite, je le reprends petit à petit tandis qu'Alex se régale, lui qui est si à l'aise en montée. Yann est également toujours à nos côtés, nous faisons une course groupée pour le moment.

La grimpette dure quelques centaines de mètres, rude passage de ce début de course, pour les coureurs comme pour les accompagnateurs à vélo, ça promet. Je n'ai pas regardé le parcours, comme souvent, mais il s'avère que la majorité des difficultés du tracé se trouvent en début de course, ce qui va bien nous casser d'entrée de jeu. Mais les sensations sont plutôt bonnes, surtout quand il faut redescendre vers la Mairie de Saint-Thibault-des-Vignes une fois arrivés en haut.

Cela fait beaucoup de bien de dérouler un peu et la descente assez pentue permet aux suiveurs de revenir facilement à notre niveau. Nous arrivons au deuxième ravitaillement en eau, que je zappe cette fois. En revanche, nous profitons de la très bonne ambiance malgré un début de course rapide. Il faut dire que tout le long du parcours, nous rencontrons de nombreux bénévoles enthousiastes de nous voir passer et qui animent parfaitement l'épreuve. Souvent, c'est accompagné de décorations en lien avec le thème du Western et de déguisements, comme pas mal de coureurs aussi, d'ailleurs. Une vraie fête, c'est chouette à vivre.

 

ÉTAPE No3 - 3,180 kilomètres
SAINT THIBAULT LES VIGNES/ POMPONNE

Une fois le ravitaillement passé, nous filons en direction de Pomponne et des agréables bords de Marne. Je poursuis sur le trottoir dans la foulée d'Alex. Jeff est un peu plus loin derrière et je ne le reverrai plus. A côté de nous, il y a Julie et Juliette sur leurs vélos. Nous avançons bien, certainement trop vite mais nous profitons d'un passage plus roulant et de jambes qui nous permettent de courir à plus de 13 km/h pour l'instant.

Au bout, nous prenons des escaliers qui nous permettent de monter au-dessus du pont tandis que les filles doivent contourner l'endroit. Nous les retrouverons plus tard, du coup. Nous grimpons les marches 2 par 2 avant de partir en direction de Thorigny. Nous tournons sur la gauche avant de traverser la route et de rester à Pomponne où un ravitaillement nous attend avant une belle montée.

 

ÉTAPE No4 - 1,780 kilomètres
POMPONNE/THORIGNY

C'est dans ces forts pourcentages que je vais également perdre Alex et me retrouver un peu plus isolé puisque Julie est un peu plus loin. Alex, lui, s'arrête vers le milieu de la pente pour attendre sa fille et l'aider à monter avec le vélo. De mon côté, je poursuis en marchant tant ça monte. Cette fois, nous allons bien vers Thorigny.

Direction une descente ensuite. Nouveau ravitaillement en eau un peu plus loin. N'ayant pas la mémoire des ravitaillement dans l'ordre, petit point sur ma gestion de l'hydratation et de l'alimentation sur la course.

Avec un départ rapide au feeling, je me suis peu alimenté et hydraté sur les premiers ravitaillements, juste quelques gorgées d'eau puis je m'arrosais avec le reste de chaque gobelet. En revanche, plus la course a avancé, plus j'ai pris soin de bien boire en variant eau, coca, eau gazeuse, jus de fruit et Orangina et aussi de manger un peu (abricots secs ou oranges).

 

ÉTAPE N0 5 - 1,430 kilomètres
THORIGNY/ CARNETIN

Après un peu plus de 8 kilomètres de course, direction une nouvelle partie de course que je connais plutôt bien puisqu'elle reprend en partie le parcours d'Entre Dhuis et Marne, course à laquelle j'ai participé plusieurs fois il y a quelques années (2015 et 2016 si je ne m'abuse). Nous y sommes retournés en début d'année pour une rando avec Julie.

Lorsque nous passons le panneau d'entrée à Carnetin, je sais que cela va monter et je ne me trompe pas, voilà une belle bosse sur le bitume que je gère tranquillement, sans m'emballer. Ce début de parcours est une succession de difficultés espacées par un peu de relances. Julie me reprend peu avant la montée qu'elle franchit à son rythme car il est difficile d'avoir la même allure à vélo que quelqu'un qui est à pied dans ce type de passage. Elle prend un peu d'avance.

En haut, nouveau ravitaillement où je marque un court arrêt pour m'hydrater avant de repartir rapidement, en compagnie de Julie et Juliette qui nous a rejoints. Son père est un petit peu plus loin mais elle profite de cette portion pour avancer un peu plus. 

 

ÉTAPE No 6 - 2,530 kilomètres
CARNETIN/DAMPMART

Passage au kilomètre 10, en bien moins d'une heure de course. Nous prenons alors la Dhuys, une zone de relance sur le plateau, sur les hauteurs de Carnetin et de Dampmart. J'ai une bonne foulée, tout va bien. C'est une portion très roulante de 2,5 kilomètres qui passe plutôt bien. Nous franchissons le 1/4 de la course, au milieu de relayeurs et de solides coureurs individuels. Juliette m'encourage quand elle me dépasse, c'est sympa.

 

ÉTAPE No 7 - 3,740 kilomètres
DAMPMART/LESCHES-JABLINES

Nous quittons la Dhuys un peu plus loin, en direction de Jablines. C'est un passage assez long, à proximité de la Marne, où je passe l'heure de course avec plus de 13 kilomètres parcourus, une bonne moyenne sur un parcours aussi vallonné, je sais que je vais forcément le payer plus loin. Après une bonne descente, Julie s'arrête pour s'étirer un peu car ce début de course n'a pas été évident pour elle sur le vélo.

Je me retrouve donc à nouveau seul avant de tourner à gauche vers un passage en colimaçon afin de passer au-dessus d'un pont, au niveau d'une ancienne voie ferrée. Le sol, comblé de cailloux, n'est pas très agréable donc nous nous déportons tous vers la droite dès qu'une partie plus roulante est à notre portée pour rejoindre le chemin un peu plus au loin. Ensuite, nous passons sous un pont très sombre où ont été disposées au sol des guirlandes de lumière bleues. C'est sympa mais au niveau des appuis, ce n'est pas l'idéal. Petite pensée pour un passage semblable au Trail du Viaduc des Fauvettes.

 

ÉTAPE No 8 - 600 mètres
LESCHES-JABLINES /CHALIFERT

(NDLR : Je laisse le paragraphe ci-dessous ici, ne sachant pas à quel moment de la course ces faits se sont déroulés, possiblement entre Chanteloup et Conches. Le paragraphe concernant la portion Jablines - Chalifert s'est lui perdu entre Montévrain et Lagny !) #PUZZLE

Très courte portion ensuite avec une petite montée entre les deux ravitaillements. Je me fais alors dépasser par la 1ère féminine qui a désormais de l'avance sur celle qui était en tête en début de course. Nous l'avons côtoyé avec Alex et moi, encouragée par une suiveuse à vélo qui avait fini 3ème du 18km au Pays de l'Ourcq. Les deux filles faisaient en sorte de se faire encourager par les bénévoles à chaque fois, ce qui donnait une ambiance plutôt sympa mais j'ai fini par les distancer.

En haut de la petite bosse que je décide de gérer derrière un coureur de Maisons-Alfort, je retrouve Augustin qui a dû faire les 16 premiers kilomètres en mode "sortie d'entraînement" car il n'est pas sur la course aujourd'hui. Ses encouragements sont appréciables alors que Julie nous a rattrapés et mène le petit groupe que nous formons à ce moment-là.

 

ÉTAPE No 9 - 2,780 kilomètres
CHALIFERT/MONTÉVRAIN

Le passage à Chalifert est sympa mais c'est ensuite la portion à Montévrain qui est un peu moins agréable, sur le bitume. Je pense que j'y encaisse un peu le début de course rapide alors que nous approchons de la mi-course. L'enchaînement des difficultés a été intense et désormais, nous abordons une partie bien plus roulante, qui ne m'est pas forcément favorable même si je peine dans les montées. Moins de gestion, il faut garder le rythme et ça, c'est dur donc je lève tout de même un peu le pied.

 

ÉTAPE No 10 - 2,340 kilomètres
MONTÉVRAIN /LAGNY

C'est clairement pour moi la pire portion de la course ici, sûrement en partie du fait de ma condition physique à ce moment-là mais je subis complètement les faux-plats montants sur le bitume qui me font sérieusement grimacer. J'en fais part à Julie. Un peu plus loin, je me dis que c'est elle qui doit moins apprécier ce passage puisque nous passons sur l'herbe, toujours avec le coureur de Maisons-Alfort en point de mire.

Mais ce n'est certainement pas pire que le moment que je n'arrive pas du tout à situer sur le parcours où nous avons franchi une montée boisée très abrupte et pleine de racines avant une descente toute aussi raide et assez dangereuse à vélo, où Julie a été obligée de jouer la prudence à 100% alors que de mon côté, j'ai beaucoup apprécié la partie descendante où j'ai réellement pu foncer avant un virage serré vers la gauche pour filer ensuite vers la droite. (NDLR : Ce serait à priori le passage de Jablines à Chalifert !)

Je passe le semi en environ 1h40 de course, peut-être même un poil moins. Après un départ sur des bases de 3h15, j'ai évidemment ralenti et suis maintenant sur des bases de 3h20 mais je sais que la deuxième partie de course, bien que plus roulante, sera nettement plus lente. Nous sommes à Lagny-sur-Marne et 500 mètres après le passage au semi-marathon, j'indique à Julie que je m'arrête au ravitaillement. Elle est toute surpris que je reparte moins de 30 secondes plus tard aux côtés du gars de Maisons-Alfort après avoir avalé un abricot sec et bu un verre de jus de fruit.

 

ÉTAPE No11 - 3,570 kilomètres
LAGNY /CHANTELOUP

Nous enchaînons avec un peu plus de 2 kilomètres dans les rues de Lagny puis de Chanteloup avant un petit kilomètre dans les bois, juste après le passage du kilomètre 24 en un peu moins de 2 heures de course. Ma foulée est désormais bien moins efficace mais je suis en gestion. Après avoir capté une petite vidéo de moi, Julie part quelques dizaines de mètres devant moi et me laisse un peu seul alors que je commence à flancher un peu. Heureusement, elle m'attend un peu plus loin, ce qui me permet de lui dire que j'ai besoin de son soutien car cela commence à être plus dur.

Précédemment, en son absence, j'ai pu me motiver à bien avancer grâce aux concurrents que je côtoyais dont un vétéran de Bussy qui finira très bien classé, Rémi et Yann que je reverrai un peu plus tard (après qu'ils aient fait un poil moins de 2 kilomètres de rab en allant tout droit alors qu'il fallait aller à droite !) ou encore des relayeurs n'allant pas plus vite que moi. Petit point sur le balisage au passage, il est dans l'ensemble très visible et surtout, identique tout le long du parcours mais il y a tout de même des moments où il y en a moins et je me suis parfois posé la question si j'étais bien toujours sur le parcours avant d'être rassuré par le croisement d'un signaleur ou un balisage un peu plus loin.

 

ÉTAPE No12 - 880 mètres
CHANTELOUP/CONCHES

Je commence petit à petit à entrer dans le dur, dans la partie chaude de mon marathon, alors qu'il reste plus de 15 kilomètres à parcourir ! Que ça va être long. Le passage par Conches est très court et plutôt agréable. Je grimace mais ça tient bon pour le moment.

 

ÉTAPE No 13 - 690 mètres
CONCHES/GUERMANTES

Dans ces petites communes de Marne-et-Gondoire, les ravitaillement se succèdent rapidement, ce qui permet de bien m'arroser pour me rafraîchir et me réhydrater. Au passage à Guermantes, un petit groupe de cycliste passe au niveau de la route. Ce sont des portions très empruntées par les coureurs sur route car il y a peu de circulation et le profil est assez varié.

 

ÉTAPE No 14 - 2,670 kilomètres
GUERMANTES/BUSSY

L'arrivée à Bussy est loin d'être la partie la moins agréable du parcours mais c'est du tout plat et surtout, je suis franchement en manque d'énergie. J'avance toujours convenablement, entre 11 et 12 km/h en moyenne mais je sens que je suis à la peine et que je risque de ne pas tenir encore plus de 10 kilomètres comme ça. Je me motive avec des points de repère en me disant qu'il ne me reste plus qu'un Oxy Trail à faire au passage du kilomètre 29, peu après que nous ayons croisé des camarades de Julie, toute surprise de les apercevoir au dernier moment avant un virage.

Je suis de plus en plus pessimiste par rapport à mon chrono, sentant bien que les espoirs de 3h30 que j'ai pu avoir suite à mon début de course s'envolent. 3h40, c'est encore jouable mais il ne va pas falloir que j'ai un coup de mou...

 

ÉTAPE N0 15 - 3,110 kilomètres
BUSSY/ JOSSIGNY

Juste après le ravitaillement de Bussy-Saint-Georges, nous passons le fameux kilomètre 30 et le mur symbolique qu'il représente sur un marathon. A vrai dire, j'aurais été dans le dur un peu avant et je vais l'être encore pendant quelques kilomètres donc c'est effectivement autour du 30ème kilomètre que j'ai connu un vrai coup de moins bien.

Nous passons par un endroit que je ne connaissais pas du tout, sur un chemin entre des zones d'herbe, avant de quitter Bussy pour aller vers Jossigny. On passe le kilomètre 31 dont je regarde l'affiche avec un peu de soulagement. Le compte à rebours a commencé depuis un moment : plus que 11,2 kilomètres. Ensuite, direction la Forêt de Ferrières après avoir franchi un pont passant par-dessus la A4. Le ravitaillement est indiqué à 1 kilomètre du but, c'est sympa.

Cependant, cette portion en forêt est un calvaire pour moi car j'ai soif et faim, je suis en manque de jus pour continuer d'avancer vraiment. A quelques dizaines de mètres du ravitaillement, je marche. J'arrive emprunté au ravito où je suis déçu de voir qu'il n'y a que du sucre et à boire. J'espérais du solide. Je bois deux verres de coca, un verre d'eau pétillante et je prends avec moi 4 morceaux de sucre que je consomme en marchant.

 

ÉTAPE NO 16 - 3,160 kilomètres
JOSSIGNY /FERRIÈRES

D'un coup, un gros raz-le-bol s'empare de moi. Quelques mètres après le ravitaillement, je m'arrête, un peu dépité. J'ai besoin de me poser, je n'arrive plus à courir et je n'ai pas envie de marcher pendant encore 10 kilomètres ! Je m’assois par terre, derrière Julie et son vélo, le temps de gamberger et de souffler. Un relayeur du Val d'Europe Athétisme m'encourage à repartir, Julie aussi mais sur le coup, je ne suis pas décidé.

Quelques secondes plus tard, je me relève d'un coup sec, prêt à repartir. Je marche un peu, je me dis que ça va être très long de marcher pendant 3 kilomètres jusqu'au ravitaillement de Ferrière, Julie partage cet avis et subitement, je relance, motivé. Les premières foulées sont lentes mais rapidement, je retrouve quelques sensations et le sucre fait son effet dans mon corps. C'est reparti, tout simplement.

En plus, je reconnais où on est, dans la Forêt de Ferrières, un endroit où nous sommes déjà passés plusieurs fois avec Julie, à vélo en ou courant. C'est motivant de reconnaître les lieux et je sais désormais tout le parcours qu'il nous reste à parcourir et c'est plutôt roulant et agréable ! Je dépasse le gars de Val d'Europe qui alterne marche et course à la peine, je l'encourage et nous filons. Un coureur nous double, je le laisse s'éloigner un peu mais je le garde en point de mire, il ne s'échappera pas aussi facilement.

Allez, je tiens bon sur un rythme de 11 / 12 km/h retrouvé et nous filons jusqu'à l'entrée du bois que je passe à bonnes enjambées, concentré sur ma respiration et les kilomètres restants. Les jambes réagissent bien, ça fait plaisir. Nous attaquons la longue ligne droite derrière le Château de Ferrières. Je la redoute un peu car je sais qu'elle est longue mais elle va en fait plutôt bien passer, en compagnie de Julie. Nous l'avons déjà régulièrement parcourue ensemble. Passage au kilomètre 35, ça sent bon la fin de course.

A 7 kilomètres de l'arrivée, je marque une pause au ravitaillement où je consomme un bout d'orange, un abricot sec, un peu de coca et un peu de jus de fruit. Je veux avoir de l'énergie jusqu'au bout donc je n'hésite pas sur le sucre.

 

ÉTAPE NO 17 - 1,675 kilomètres
FERRIÈRES/ PONCARRE

La suite du parcours, je la connais quasiment par cœur et ces repères m'aident. Nous poursuivons jusqu'au bout de l'allée du Château avant de traverser vers la gauche pour descendre en direction de l'Etang de la Taffarette. J'ai bien relancé et il ne reste désormais plus que 6 kilomètres à faire ! Je longe l'étang à grandes enjambées et je dépasse le fameux coureur que je ne comptais pas laisser partir.

J'avance si bien que le cycliste qui l'accompagne pense que je suis un relayeur lorsque je le dépasse mais non, je suis bien un marathonien aujourd'hui^^ Julie reste un peu bloquée derrière eux avant de les dépasser tandis que je ne ralentis pas la cadence. Elle me rejoint lorsque je traverse la route après une légère remontée pour quitter la Taffarette. Le chemin que nous empruntons est désormais très favorable, je calme le jeu mais je garde mon rythme.

Nous croisons alors Marylin et Nicolas qui me félicitent et m'encouragent. Déjà arrivés car en relais, ils font le parcours à vélo en sens inverse pour retrouver les autres concurrents de la Team FunRun. Je croiserai également Erwann un peu plus loin, d'ailleurs.

[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

ÉTAPE No 18 - 3,525 kilomètres
PONCARRE/ COLLÉGIEN

Allez, petite descente bien négociée et me voilà sur la Route de la Brosse que je connais parfaitement. Je passe bien la partie en faux-plat montant, sur une très bonne dynamique. Je reste bien sur la gauche de la route tandis que Julie se trouve sur la droite avec son vélo. Nous croisons un groupe de cyclistes dont le premier m'encourage malgré leur vive allure, sympa.

Passage du kilomètre 38, je me déporte sur la droite de la route car je sais que nous allons ensuite vers la droite. Je me place ainsi devant Julie. Au bout de la Route de la Brosse, nous traversons sous les encouragements des bénévoles en direction de la piste cyclable descendante qui mène jusqu'au pont.

Là, je sais très bien ce qui m'attend, une rude montée après près de 39 kilomètres d'effort. Je la gère comme prévu, en continuant de courir doucement au début jusqu'à ce que je sente que je n'ai plus d'élan et que je la marche quasiment jusqu'au bout pour ne pas trop puiser dans mes forces restantes. Lorsque la pente se fait moins raide, je relance tranquillement, ce qui me permet de dépasser un gars à vélo qui venait de me doubler et de revenir à la hauteur de Julie qui avait également pris un peu d'avance.

Nous traversons alors la route pour emprunter le Chemin des Brisaciers où nous croisons une connaissance, Baptiste, badiste du club de Collégien. Le chemin nous mène jusque derrière le gymnase où se trouve l'ultime ravitaillement du parcours. Là aussi, je prends bien le soin de m'alimenter et de m'hydrater pour bien boucler les moins de 2 kilomètres restants !

[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

ÉTAPE No 19 - 1,380 kilomètres
COLLÉGIEN / BUSSY SAINT MARTIN RENTILLY

Motivé comme jamais mais bien fatigué, je relance au mental mais sans chercher à reprendre ceux qui me devancent. Pour autant, après la dernière petite difficulté en faux-plat montant, je double un concurrent qui semble à la peine avant d'attaquer une petite descente qui fait du bien.

Nous quittons ensuite le chemin pour retrouver le bitume dans les rues de Collégien dont nous sortons assez rapidement après un virage serré sur le trottoir, vers la droite. Une bénévole m'encourage en me poussant à aller chercher la féminine qui est devant mais je ne compte pas accélérer avant le final de la course.

Je garde mon allure, nous longeons le rond-point de l'entrée de Collégien puis filons vers celui qui mène au Parc de Rentilly. Nous traversons la route pour rejoindre l'entrée du parc la plus proche. Nous empruntons ainsi l'allée centrale en direction du Château de Rentilly avec une fin de course très favorable. Je dépasse la fameuse féminine dans le faux-plat descendant - alors qu'elle souffle dans un vuvuzela, récupéré auprès d'un suiveur à vélo, pour célébrer l'arrivée (chapeau à elle pour cette course, 3ème féminine en ayant couru déguisée !) - puis je finis à vive allure dans la descente qui mène jusqu'à l'arche d'arrivée. Julie a pris un peu d'avance pour me prendre en photo. J'en termine, en 3 heures 42 minutes et 15 secondes ! Pas si mal pour un premier marathon sur ce parcours exigeant. Je suis 36ème individuel sur 214 finishers.

[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

L'après-course est sympa puisque je croise pleins de têtes connues mais je suis bien épuisé. Nous rentrons tranquillement à vélo avec Julie, sur les coups de 13h30, pressés de nous poser un peu et de manger. Super matinée passée sur ce chouette parcours dans une très bonne ambiance et organisation. Un très bon souvenir pour ce premier Marathon, je reviendrai très certainement, en solo ou en relais, peut-être.

[16/06/2019] Marathon nature de Marne-et-Gondoire

Résultats des connaissances :

26ème - Yann en 3h35'57

29ème - Rémi en 3h38'13

54ème - Alex en 3h52'17

88ème - Arnaud en 4h12'26

99ème - Thierry en 4h15'56

129ème - Stef en 4h31'23

195ème - David F. en 5h26'12

Abandon de Jeff, récupères bien !

214 finishers individuels

 

2èmes - FunRun77 Turbo en 2h36'15

6èmes - FunRun77 Arc-en-ciel en 3h12'08

26èmes - FunRun77 Soleil en 3h51'59

67 équipes finihers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents