Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[23/02/2019] Challenge des Givrés - Trail nocturne

Publié par David Gueudet sur 24 Février 2019, 19:20pm

Catégories : #COURSE À PIED

[23/02/2019] Challenge des Givrés - Trail nocturne

Les 23 et 24 février 2019, c'est le premier week-end des vacances scolaires pour la zone C. Je ne vais pas avoir l'occasion de partir en vacances et les deux week-ends suivants, je suis en tournoi de Badminton. Par conséquent, c'est en cherchant une course à faire en province que je suis tombé sur ce que je recherchais : une course à étapes ! Ou plus précisément, un Challenge sur 2 jours avec une épreuve au programme le samedi soir et une autre le dimanche.

C'est la première fois que je vais dans le Pas-de-Calais pour une compétition sportive. Les inscriptions pour les quatre courses de la septième édition du Trail des Givrés se remplissent déjà bien lorsque je décide de prendre part au Challenge dont c'est en revanche la première édition, sur la commune de Lapugnoy. En fait, jusqu'à maintenant, il n'y avait que des épreuves diurnes le dimanche. Désormais, il y a un 11km nocturne le samedi et 3 distances possibles le dimanche : 11, 20 ou 30 kilomètres.

Il n'y a pas le choix pour le Challenge, c'est forcément le cumul du 11km nocturne et du 30km... et à vrai dire, cela m'arrange ! C'est un défi sympa à 2 mois de mon objectif de début d'année 2019 : les 68km du Grand Trail du Sonneur fin avril. Je sais qu'avec les tournois de Badminton, je vais avoir peu d'occasions de me tester d'ici-là donc je vais pouvoir terminer le mois de février sur une bonne occasion de voir où j'en suis.

Février, c'est mon mois de course à pied en ce début d'année ! D'abord, les 27 kilomètres de l'Issy Trail Urbain nocturne puis le MaxiCross de Bouffémont le week-end suivant, sur le format de 25 kilomètres. La semaine passée, une course très différente avec les 10 kilomètres des Foulées Etampoises. Et enfin, ce Challenge des Givrés. 

Samedi 23 février 2019

Je pars de chez moi en milieu de matinée pour arriver sur les coups de midi du côté de Béthune où j'ai réservé une chambre d'hôtel, à 15 petites minutes du lieu de la course. Depuis chez moi, cela fait 2h15 de route, c'est correct pour un dépaysement total dans les Hauts de France.

Après une pause déjeuner, je me rends dans la commune de Lapugnoy pour découvrir l'endroit avant de récupérer mes dossards pour les deux courses qui m'attendent. J'y arrive un peu tôt donc je décide de profiter de la météo parfaite (grand soleil et températures très clémentes) pour faire un tour dans le Bois de Roquelaure, juste à côté de là où je me suis stationné.

Je n'ai fait que quelques mètres et déjà, je vois une flèche de balisage faite à la craie blanche. Eh bien tant mieux, je vais pouvoir faire un petit bout de parcours en marchant. Je m'aventure donc dans le Bois, en imaginant que c'est là que se déroulera le Trail nocturne de 11 kilomètres ce soir. J'ignore que je fais fausse route.

Le parcours est plutôt sec et très agréable. J'ai envie de courir mais je me retiens car je vais avoir besoin d'énergie pour boucler les 40 kilomètres du Challenge. Au final, une belle promenade de 9 kilomètres pour un peu plus de 150 mètres de dénivelé positif et un poil moins d'1h30 de déplacement. Je reste alors persuadé que c'est bien le parcours du soir. D'autant que lorsque je retourne à la voiture, je regarde où se trouve le gymnase où l'on peut retirer les dossards et... bingo, il est à moins de 500 mètres.

Il est un peu plus de 14h30, je peux donc y aller ! Je récupère ainsi mes deux dossards : le 61 pour le Trail nocturne et le 3061 pour le 30km. Une casquette et un tee-shirt à l'effigie de la course nous sont également offerts. J'en profite pour jeter un œil aux listes des inscrits. Il y a du monde puisque toutes les épreuves affichent complet depuis plusieurs semaines. Sur le Challenge, nous sommes 128 inscrits.

Ensuite, direction Fouquières-les-Béthune pour un peu de repos à l'hôtel avant de retourner à Lapugnoy dans la soirée. L'avantage, c'est que je n'ai pas besoin de beaucoup de marge car j'ai déjà mes dossards. Je n'aurai qu'à aller déposer mes affaires à la consigne une fois ma préparation achevée.

Malgré la tombée de la nuit, il ne va pas faire froid ce soir et sur 11 kilomètres, de nuit, je sais que l'allure sera suffisante pour ne pas se refroidir, en espérant avoir de bonnes sensations. D'autant que le parcours est assez vallonné. Les montées, ça réchauffe bien.

Du coup, je pars avec mon short double-fonction et simplement deux tee-shirts en haut : un à manches longues et un à manches courtes. Bonnet sur la tête, tout de même, mais pas de gants. La frontale est évidemment de rigueur, obligatoire. Enfin, aux pieds, je chausse mes Kalenji Kiprun Trail XT6. Le terrain n'est pas très humide mais c'est du chemin et il y a quand même quelques passages un poil boueux donc une bonne accroche est un plus.

L'heure approche, c'est le moment de rejoindre le départ, à quelques dizaines de mètres du gymnase. Un lieu sympa avec un parcours de Cross, à l'entrée du Bois des Dames.

[23/02/2019] Challenge des Givrés - Trail nocturne

La course

Avec cette météo incroyable pour une fin de mois de février, la nuit tarde à tomber. Du coup, l'organisation décide de décaler le départ de 10 minutes. Nous partirons donc à 19h00 au lieu de 18h50, afin d'avoir un noir complet. Nous sommes pas loin de 400 concurrents à prendre le départ de cette première épreuve du week-end... Quoique, pas vraiment car, dans l'après-midi, il y a eu le Mini-Trail des Givrés, pour les enfants.

C'est dans une ambiance chaleureuse et musicale typée discothèque que le départ est donné. Le cadre est super sympathique, cela promet une belle course. Je suis en deuxième ou troisième ligne pour éviter de me retrouver trop loin dans le peloton et parce que je sais que je ne vais pas pouvoir m'empêcher de partir vite. Mais je suis tout de même raisonnable, je laisse les prétendants à la victoire bien devant moi.

C'est parti, et bien sûr, cela part très rapidement. Je ne m'affole pas et je prends juste une bonne allure pour suivre la cadence sans me mettre dans le rouge dès le début de la course. J'ai 30 kilomètres à faire demain matin mais je sais aussi que ce ne sont pas 11 kilomètres nocturnes qui vont me casser. Je peux me permettre d'envoyer un peu si les sensations sont bonnes, d'autant plus que nous évoluons sur un terrain relativement souple, peu traumatisant.

Après plusieurs dizaines de mètres très roulantes, nous abordons la première petite côte de la course, une sympathique bosse en lacets qui a le mérite de bien étirer le peloton. Mais c'est fou comme cela cavale autour de moi. Je suis bien mais je rétrograde déjà de quelques positions, sans chercher à m'accrocher à qui que ce soit. Hop, une descente assez abrupte, ça, ça me convient bien. Et on enchaîne avec une portion de plat.

En fait, nous quittons cet espèce de Parc pour rejoindre le fameux Bois des Dames dans lequel nous ne nous trouvions pas encore. Et là, je me rends compte qu'en fait, ce que j'ai repéré en début d'après-midi, ce n'est absolument pas le parcours de ce soir mais une portion de celui de demain. Place à la découverte donc !

Après une première ligne droite sur chemin, nous prenons à gauche pour traverser la voie ferrée et tourner à nouveau à gauche sur la route. Nous continuons jusqu'à ce que nous tournions sèchement vers la droite pour la première longue montée de la course. Elle nous amène progressivement jusqu'au deuxième kilomètre, au sommet de l'ancien terril. Là-haut, l'ambiance est sympa. On nous annonce que nous sommes aux environs de la 40ème place.

Je continue ensuite de perdre quelques positions après une abrupte descente bien négociée. C'est là qu'un fait majeur de la course va se produire, après une portion vallonnée sur des chemins. Nous sommes vers le troisième kilomètre. Nous sommes de mémoire sur un sentier monotrace et j'aperçois en contrebas, sur la droite, des frontales qui se croisent... Tiens donc, c'est étrange. J'ai regardé le profil du parcours avant la course et à aucun moment il était question d'un croisement entre des concurrents de tête et des concurrents attardés...

Bon, tous les coureurs devant moi prennent tout de même à droite, je ne réfléchis pas plus que cela, je suis sur le point de m'y engager. Mais là, il y a une chose qui fait tilt directement : j'entends un des concurrents qui monte dire "c'est pas par là les gars !". Par réflexe, je regarde rapidement vers la gauche et bingo, je vois de la rubalise au niveau du chemin se trouvant en face d'où l'on vient ! Il ne faut donc pas descendre mais juste continuer sur le single. Je préviens immédiatement mon poursuivant.

Incroyable, je me retrouve instantanément deuxième de la course, après 3 kilomètres ! Alors que j'étais environ 45ème quelques secondes auparavant !

Un peu plus loin, je me fais dépasser par un coureur qui nous a suivi. Je suis donc troisième et nous avançons fort. Certainement boostés par ce fait de course, nous avons nettement accéléré, sur un passage favorable à la relance. Nous nous faisons ensuite très logiquement dépasser par les anciens hommes de tête qui reprennent leurs positions, au prix d'un bel effort : il a fallu qu'ils la remontent la descente qu'ils ont pris ! Dire que le premier est un gars du coin, habitué de ces chemins... !

Je dépasse ensuite celui qui m'avait doublé peu de temps avant tandis que nous commençons à sérieusement rétrograder au classement à force de nous faire dépasser par ceux qui étaient devant nous avant cette erreur de parcours. Cependant, je reste dans la foulée de celui qui avait pris la tête lorsque je lui ai signalé que le bon chemin était sur la gauche. Je sens bien que je suis en train d'utiliser trop d'énergie mais peu importe, c'est agréable !

Je suis toujours le deuxième de ceux qui ne se sont pas trompé de parcours !

David qui cherche une source de motivation pendant la course

La suite de la course n'est pas vraiment passionnante dans son déroulement. Le parcours est très sympa avec de belles bosses et de bonnes relances. Il y a quelques passages un peu plus techniques où je suis à l'aise. Je prends du plaisir comme sur toutes les courses nocturnes auxquelles je participe, surtout celles en forêt. Cependant, je n'ai pas de super sensations donc je gère mon rythme sans chercher à tenir mon rang.

Je me fais un peu griffer par quelques ronces et je m'arrose moi-même d'un peu de boue en passant dans des flaques : il est difficile de les anticiper avec la frontale. D'autant que sur ce 11km nocturne, nous passons par des parties parmi les plus humides du Bois. J'imagine que ce Trail des Givrés peut être bien gadoueux quand il se court en période de pluies.

Autrement, contrairement à d'habitude, je trouve que les kilomètres ne défilent pas très vite alors que, de nuit, j'ai plutôt tendance à considérer le contraire. C'est sûrement la faute à des jambes qui ne sont pas à 100%. Mais je savoure quand même, les conditions sont idéales. 

Vers le début d'une montée assez sévère, après avoir croisé des bénévoles encourageants dont il me semble que l'un d'entre eux a indiqué que nous attaquions la dernière montée du parcours, un panneau nous indique que c'est le dernier kilomètre !

Du coup, je me sens obligé de monter à petites foulées plutôt que de marcher. En haut, on bascule dans une descente qui nous emmène jusqu'à la sortie du bois. Puis, après un virage où du public est présent, nous continuons à descendre, plus régulièrement, pour rejoindre le Parc où nous avons pris le départ à 19h. Mais que ce dernier kilomètre me semble long ! Fatigué, je n'essaie pas de revenir sur un groupe de 4 ou 5 coureurs qu'il aurait pourtant été tentant de dépasser. Mais ils avancent bien et je participe à un Challenge, pas simplement à une course d'un jour donc ce n'est pas très important.

Allez, dernier virage sur la gauche, avec du monde là aussi et beaucoup d'encouragements. Je reprends une foulée un peu plus allongée pour bien finir, ultime tournant sur la droite et c'est la fin avec l'arche en vue. Je le franchis, content d'en avoir fini de cette belle première étape, bien animée ! Je retiendrai cette anecdote d'une deuxième place provisoire maintenue quelques dizaines de mètres.

[23/02/2019] Challenge des Givrés - Trail nocturne

Résultat

Au final, je suis 38ème sur la ligne d'arrivée ! Je suis certainement resté devant une petite dizaine de concurrents derrière qui j'étais avant le fait de course du kilomètre 3. Sur 361 classés, c'est un bon résultat.

J'ai bouclé les 11 kilomètres et 160 mètres de dénivelé positif en 52 minutes et 39 secondes. Par contre, sur les 37 concurrents qui me devancent, il y en a pas moins de 27 qui sont engagés sur le Challenge, c'est dire le niveau ! Je n'ai donc évidemment rien à espérer et vais pouvoir avoir comme unique objectif demain de finir la course. Ce sera déjà une bien bonne chose.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents