Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[09/12/2018] Cross du Coq

Publié par David Gueudet sur 9 Décembre 2018, 21:01pm

Catégories : #COURSE À PIED

[09/12/2018] Cross du Coq

Deux semaines après les 8 heures de marche d'Etampes-sur-Marne, retour à la compétition sur un format fondamentalement différent : un cross court ! J'aime varier les efforts ! Ce sera mon quatrième Cross (après Chaville en 2016, Coupvray en 2017 et Rentilly [MEGA] cette année).

Je ne suis pas forcément très en forme en ce moment mais à force de coacher des jeunes en tournois de Badminton (au TDJ de Quincy-Voisins tout le week-end dernier puis au tournoi de Lognes ce samedi 08 décembre), j'ai bien envie de me défouler ! Prudent, j'ai préféré ne pas m'inscrire à l'avance et attendre le jour de la course pour décider si j'y vais et ce que j'y fais.

Initialement, j'ai plutôt prévu de participer au Cross Long de 8030 mètres. Mais, ayant - difficilement - motivé Julie à participer à l'épreuve, j'envisage de faire le Cross Court avec elle, long de 4250 mètres. Sauf que samedi soir, très fatigué de ma journée, la tentation de dormir un peu plus et de ne faire que le court mais à fond est franchement attirante. Pas de décision sur un coup de tête, j'aviserai dimanche matin...

 

Dimanche 09 décembre 2018

Au réveil, pas de doute, le choix est fait. On va prendre le temps pour aller tranquillement à Pontault et on s'inscrira sur place pour le Cross Court. A part avec le Badminton, je ne travaille absolument pas ma vitesse ces temps-ci donc je n'espère rien, surtout face aux jeunes athlètes engagés. Je ne cours pas du tout depuis le début de la saison en dehors des quelques compétitions effectuées et je l'ai senti au Cross de Marne-et-Gondoire au mois de novembre mais peu importe, j'ai juste envie de me dépenser !

Par contre, la motivation est difficile à trouver avec les conditions météorologiques. Encore, la pluie, je m'en fiche un peu. J'espère que le sol ne sera pas trop glissant car je n'ai pas de pointes et courrai donc avec mes chaussures de Trail mais j'apprécie que la terre soit humide et non sèche. Et en cours, la pluie ne me dérange pas vraiment. En revanche, le vent... ça, c'est un sacré ennemi ! Et ce matin, cela souffle parfois bien. Le parcours consistant grosso modo en deux tours d'un lac (avec quelques joyeusetés agréables), nous sommes sûrs d'avoir un bon vent de face à un moment donné et cela nous est confirmé par un bénévole-photographe.

Au niveau du lieu de course, la compétition se déroule dans un cadre sympathique, autour du Lac du Coq, à côté du Nautil à Pontault-Combault. C'est à moins d'un quart d'heure de route de la maison ! Par contre, le stationnement n'est pas très pratique car nous ne pouvons pas utiliser le Parking du Complexe Aquatique. Je me gare donc à quelques bonnes dizaines de mètres, en suivant les indications d'un bénévole.

Nous rejoignons ensuite le village de l'épreuve avec Julie. L'inscription sur place est rapide, nous choisissons bel et bien la Course 2, le Cross Court de 4250 mètres. Julie n'a pas le choix, c'est la course réservée aux Juniors. Le départ est prévu pour 10h50. Nous assistons au départ du Cross Long à 10h00 où je tente en vain d'apercevoir Jeff Bacquet qui a indiqué qu'il serait sur la course. Nous retournons ensuite finir de nous préparer à la voiture.

Il ne fait pas très froid mais le vent est particulièrement gênant. J'opte pour 3 épaisseurs en haut : un tee-shirt manches longues, un tee-shirt manches courtes et mon sweat Kikouroù. Dossard numéro 229 par-dessus. Ce sera le 228 pour Julie. En bas, je crains moins le froid donc ce sera mon short multi-fonctions habituel. Pas de chaussures de cross aux pieds car je n'en possède pas donc je porte mes Kalenji Kiprun Trail XT6. Enfin, casquette sur la tête et gants aux mains.

Nous revenons vers le Lac du Coq, assistons à des arrivées du Cross Long avant de partir en direction du lieu de départ de la course, à environ 300 mètres de là, en trottinant. Nous en profitons pour nous échauffer un peu malgré un vent bien désagréable. Puis, c'est déjà l'heure d'y aller ! Tout le monde se place et nous sommes aux ordres du starter.

La course

1ère boucle (départ + petite boucle [1470 mètres])

Au coup de sifflet, un peloton de 85 concurrents (ndlr : d'après le nombre d'arrivants) s'élance. Nous ne sommes que 32 engagés sur les 4250 mètres, Cadets, Juniors et Hommes du Cross Court confondus. Nous sommes accompagnés par 53 féminines qui ont un peu plus de distance à parcourir (6730 mètres) pour leur Cross Long.

Je décide de partir en deuxième ligne pour éviter de m'élancer sur un faux rythme et de faire une course lente, vue la petite distance. Mais je sais aussi que le vent et le parcours seront usants et qu'un départ trop rapide peut coûter cher en énergie donc je gère mon allure en me calant sur le rythme de coureurs rapides mais à ma portée. Les premiers s'envolent déjà, évidemment. Ils finiront plus de 4 minutes devant moi !

Le départ se fait en léger faux-plat descendant mais nous ne sommes pas à l'abri du vent donc ce n'est pas totalement favorable. Rapidement, nous passons au niveau de l'arche d'arrivée mais sur la gauche et attaquons la première petite montée du parcours. Elle se fait en plusieurs temps. D'abord, une petite pente qui se court bien avant un replat avant de franchir une très courte mais glissante bosse, de redescendre, légèrement remonter puis relancer avec une descente plus nette et roulante.

En haut de la bosse, je regarde en contrebas afin d'apercevoir Julie mais je ne la vois pas. Le coup d'oeil est rapide car ça ne traîne pas devant moi et je m'accroche. Après cette première difficulté, nous attaquons la portion la plus roulante du parcours, le tour du lac en lui-même, relativement plat. Il faut donc bien relancer. C'est lorsque l'on arrive de l'autre côté, après une portion sur du dur, que nous nous retrouvons avec le vent de face, à notre retour dans l'herbe, moins grasse que ce que j'aurais imaginé.

Là, c'est pénible. C'est vraiment le plus fatigant, le vent. Un jeune de Savigny Sénart Athlétisme me passe devant, je ne peux pas le suivre. Heureusement, l'on arrive vite au niveau de la ligne de départ à côté de laquelle nous passons avant de débuter la deuxième boucle. Nous longeons le lac et filons en direction de l'arche d'arrivée, à côté duquel nous allons passer pour la deuxième fois.

2ème boucle (moyenne [2480 mètres])

C'est à partir de maintenant que la course se complique pour moi. Parti sur un bon rythme, je commence à avoir un peu de mal à maintenir l'allure et surtout, je me fais dépasser par les premières concurrentes féminines. Elles ont encore deux boucles à faire mais sont nombreuses à la lutte pour les premières places. Habituées et déterminées, toutes ces dames licenciées dans des clubs d'athlétisme me passent sans difficulté. Je ne m'accroche à aucune d'entre elles et préfère gérer ma course pour ne pas me mettre dans le rouge.

Depuis le début de la course, je suis à la lutte avec un jeune du club de Sénart Combs Brie Athlétisme. Un coup, je le passe, un coup, il me double. Je repasse devant lui lorsque nous attaquons pour la deuxième fois la première difficulté de la boucle. Derrière, un athlète d'Ozoir bien encouragé force pour nous passer dans la montée. J'en profite pour doubler le jeune du SCBA tandis que les premières filles nous doublent également. C'est au passage sur cette "crête" que le vent de face se fait le plus ressentir. C'est assez violent mais court.

Au sommet de la bosse, le Senior d'Ozoir s'arrête net de courir et se met à marcher, subitement. Surprenant. Le jeune que je viens de dépasser relance lui à nouveau dans la descente et me double au même endroit qu'au premier tour. Je rattrape également un concurrent du PAAC (l'un des clubs organisateurs de l'épreuve avec l'UMSPC et l'USRA, les clubs d'athlétisme de Pontault-Combault et Roissy-en-Brie).

Ce contraste est vraiment spécial. Sur la course de 4250 mètres, je suis plutôt sur une bonne dynamique vis-à-vis des concurrents masculins tandis que j'ai le sentiment de me faire surclasser par les concurrentes féminines du 6730 mètres ! Sur toute la section plate durant laquelle nous longeons le lac, elles sont nombreuses à me passer. Grosso modo, le top 10/15 de l'épreuve. Dans le même temps, seul le jeune du SCBA me double à nouveau.

Cette fois, lorsque nous retrouvons le vent de face et la portion totalement dans l'herbe, nous ne filons pas sur la gauche du départ mais nous partons sur la droite en direction d'une bien belle bosse ! La montée la plus raide du parcours. Elle n'est pas longue et passe plutôt bien mais j'apprécie l'efficacité des crampons de mes chaussures de Trail. En haut, je tente de relancer mais aussi de souffler. C'est le final de la course, j'espère maintenir ma position.

Virage sur la gauche, l'on redescend vers le départ puis nous partons en direction de l'arrivée... Sauf que cette fois, nous ne continuons pas de longer le lac mais, alors que l'arche est en ligne de mire, nous prenons un virage à près de 180 degrés pour une dernière montée. Elle est bien plus douce que la côte précédente mais avec la fatigue et la pression des autres concurrents, il ne faut rien lâcher. Je reviens tout prêt du jeune du SCBA et d'une féminine mais je ne parviendrai pas à recoller. J'attaque la descente à bonnes foulées mais en contrôle pour finir tranquillement, tout en guettant si personne ne revient de l'arrière.

Mais si ! Je l'entends ! Il y en a un qui veut ma place ! Non mais, c'est qu'il revient fort en plus le bougre ! Pfff, j'accélère, je le sens qui joue des coudes pour me doubler en force, je ne me laisse pas faire, je tiens bon et je franchis la ligne devant lui. Ouf, l'honneur est sauf. Immédiatement après, l'on se congratule avec ce concurrent qui aura boosté mes derniers mètres de course. Ah ça, j'aime beaucoup ! Merci Mickaël, Senior licencié à Pontault, que j'avais doublé vers le début de la deuxième boucle.

Juste après l'effort, aux côtés de mon rival du sprint (photo par Jeff Bacquet, 99ème du Cross Long)

Juste après l'effort, aux côtés de mon rival du sprint (photo par Jeff Bacquet, 99ème du Cross Long)

Résultats

Avec une prédiction au pifomètre d'un chrono de 18 minutes environ, je respecte mon pronostic en terminant en 18 minutes et 11 secondes. Je finis 19ème sur 32 sur le 4250 mètres, 5ème Senior sur 7 (les 4 premiers sont loin devant, Mickaël est le 6ème et l'athlète d'Ozoir est le 7ème). Je finis aussi à 6 secondes du jeune du SCBA.

Sur 32 arrivants, nous ne sommes que 5 non-licenciés (dont 1 cadet qui finit devant moi, les 3 autres étant derrière). Parmi eux, Julie qui termine 31ème de la course mais avec une performance franchement très honorable, pour son 3ème dossard et son 1er cross, elle qui n'est pas adepte de la vitesse et surtout pas habituée à courir sur ce type de terrain. Elle est récompensée par un podium chez les Juniors Féminines, 3ème (sur 3 certes mais il fallait déjà participer et terminer !). Julie boucle ce Cross en 23 minutes et 10 secondes. La 1ère Junior est loin devant (elle finit une trentaine de secondes devant moi) tandis que la deuxième n'est que 2 petites minutes devant Julie. Avec de l'entraînement, elle pourrait rivaliser sans problème !

A l'arrivée, l'on profite d'une boisson chaude offerte (un bon chocolat chaud pour moi !) accompagnée d'un buff à l’effigie de la course. Je croise pas mal de connaissances des clubs d'athlétisme du coin, croisés sur diverses courses, y compris quelques coureurs de l'USO Chelles. Ensuite, podium pour Julie et il est temps de rentrer, avant de prendre froid !

Le programme pour finir 2018...

Malheureusement, je crains ne pas pouvoir porter un autre dossard cette année vu mon programme pour la fin décembre.

Dimanche prochain, c'est la troisième journée d'Interclubs Régionale, à Bondy. Le week-end suivant, je pense participer à un OFF Kikouroù du côté de Versailles. Dans la foulée, nous serons avec Julie en tournoi de Badminton du côté de Nancy, en Lorraine, pendant 3 jours. Cette année, je ne pense pas prendre part à la Corrida de Houilles car elle tombe le lendemain de notre retour de Lorraine et en plus, un certain jour d'anniversaire...

Le prochain dossard sera donc certainement le 20 janvier 2019 avec une deuxième participation au Week-End du Raid28 mais sur le Semi-Raid cette fois (minimum 45 kilomètres), en équipe avec Julien et Sandrine. Un très beau défi en perspective...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents