Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[16/09/2018] LE 10KM FORESTIER

Publié par David Gueudet sur 16 Septembre 2018, 18:55pm

Catégories : #COURSE À PIED

[16/09/2018] LE 10KM FORESTIER

Le 10km forestier

Roissy-en-Brie (77)

Cela fait plusieurs années que je ne participe pas au 10km forestier de Roissy-en-Brie alors que c'est juste à côté de la maison. La course se déroule dans les allées de la forêt de Ferrières que je connais bien puisque j'y ai fait beaucoup de vélo depuis que je suis petit. Ce sont majoritairement d'assez longues lignes droites toutes plates. C'est pourquoi les autres années, j'ai préféré aller du côté de l'Essonne participer à des courses au profil un peu plus varié. Mais cette année, c'est décidé, je participe pour la première fois au 10km forestier avec pour objectif de voir où j'en suis sur 10 kilomètres hyper roulants.

Dimanche dernier, j'ai pris part aux Foulées de la Forêt de Bréviande que j'ai bouclées en 41 minutes et 16 secondes pour un objectif de moins de 45 minutes. Je garde donc l'objectif initialement fixé pour Roissy de faire un sub 42 minutes mais j'espère du coup faire encore un peu mieux que 7 jours avant. Et pourquoi pas descendre en-dessous des 41 minutes si le corps suit...

Dans la semaine, je ne fais que du Badminton (4 soirs) et du VTT pour certains trajets boulot malgré ma volonté de prendre part à la Veillée Koh LanTO organisée par le magasin Team Outdoor à Vincennes le jeudi soir. Finalement, je n'y prends pas part donc ma dernière sortie course avant Roissy, c'est bien le 10km à Cesson à J-7.

Je suis dans un relativement bon état de fraîcheur puisque ma pratique sportive de la semaine n'a pas été plus importante qu'à l'accoutumée même si je ne suis pas hyper confiant après avoir passé 5 heures au Carrefour des Associations de Chelles la veille de la course. C'est généralement assez usant ce type de journée, au sortir du boulot en plus puisque j'ai travaillé samedi matin.

Dimanche 16 septembre 2018

Avec un départ de la course à 10h00 et une proximité du lieu de départ depuis mon domicile (moins d'un quart d'heure de route), le réveil ne pique pas trop le dimanche matin. J'arrive à Roissy-en-Brie peu avant 9h00 et je stationne en suivant les panneaux sur un parking à côté de la gare. Il s'avère que j'aurais pu (ou dû) stationner sur un autre parking, de l'autre côté des rails mais ce n'est pas grave, ça m'occupera un peu avant la course. Je me retrouve à chercher par où il faut passer avec 3 autres personnes et nous finissons par trouver le passage pour rejoindre les abords du Gymnase Charles le Chauve. C'est là que nous pouvons récupérer nos dossards.

Petite coïncidence, ce sera pour moi le dossard n°46, mon classement de la semaine passée à Cesson alors que je vais le porter sur le tee-shirt des Foulées de la Forêt de Bréviande, justement. Je retourne à la voiture pour finir de me préparer. J'enfile mes Kalenji Kiprun Fast et je porte pour la deuxième fois consécutive mon short double fonction que j'ai essayé dimanche dernier. L'essai a été plutôt concluant, j'apprécie. Enfin, casquette Kikouroù sur la tête, je suis prêt.

Aujourd'hui, les conditions météorologiques sont idéales. Il fait très beau et relativement chaud pour un matin de septembre mais cela reste supportable, d'autant que nous serons souvent à l'ombre dans la forêt. Je croise quelques connaissances avant le départ dont Maxence, le jeune espoir de Villenoy qui va courir avec Aurore, elle aussi espoir ou encore Marie-Gaëlle et Eric. Ce dernier, finisher de l'Ut4M Challenge et gérant du magasin Running Conseil de Pontault-Combault, est un habitué de l'épreuve. Enfin, je croise un coureur de l'USO Chelles qui me reconnait et lit régulièrement mon blog, cela fait plaisir. J'ai justement croisé la veille ceux qui tenaient le stand de l'USO au Carrefour des Associations et ai pu discuter un peu avec certains.

La course

Du départ au km 5

Le temps passe vite et il est déjà près de 10h00. Chacun rejoint un sas de départ en fonction du chrono visé (moins de 39 minutes, entre 39 et 42, entre 42 et 47, etc...). Je me place logiquement dans le 39-42 et plutôt à l'avant de ce sas pour éviter de me retrouver trop loin derrière comme la semaine dernière à Cesson. Nous sommes près de 700 au départ de l'épreuve, il vaut mieux éviter de se retrouver derrière des coureurs plus lents que nous.

A 10h00 pétante, le départ de la course est donné. Je pars relativement tranquillement, au rythme de ceux qui me précédent. J'ai une plutôt bonne foulée, cela s'annonce pas trop mal. Pourtant, il y a quelques minutes, je n'étais pas forcément hyper serein vis-à-vis de ma forme du jour. Pour l'instant, tout va bien en tout cas.

Après une première ligne droite sur le bitume qui commence à étirer le peloton, nous tournons à gauche et rejoignons rapidement la forêt. Il y a un peu de monde pour nous encourager, je me sens bien, c'est très agréable. En plus, avec la densité de coureurs présents sur la course et le niveau de ceux-ci, il y a peu de chances de se retrouver isolé. Tous les clubs du coin sont représentés et en nombre donc il y a un très bon niveau global.

Les premiers kilomètres passent très vite. A chaque kilomètre, une borne indique où l'on en est avec un trait au sol. Au premier kilomètre, il y a même un chrono mais il a dû être lancé à retardement donc il ne faut pas s'y fier (moins de 2 minutes au kilomètre, ce serait fabuleux^^) ! De toute façon, je cours sans montre, ce n'est pas pour savoir mon temps en permanence, même si cela va beaucoup me démanger aujourd'hui. J'aime courir au feeling, aux sensations, écouter mon corps avant le chrono.

Les lignes droites sont assez longues mais avec les nombreux coureurs présents devant, l'on ne s'en rend pas trop compte donc cela passe très bien. Le parcours est bien plus agréable que ce que je pensais. Je craignais de le trouver très monotone mais non, l'on profite de ces allées plates pour bien dérouler les jambes, d'autant que mes sensations sont vraiment très bonne sur ce début de course.

Au fil des kilomètres, je dépasse des coureurs ayant une allure très correcte, y compris des féminines qui ont pourtant généralement tendance à partir prudemment et à accélérer progressivement. C'est bon signe, je suis bien. Mais il ne faut pas que je m'enflamme; cela reste un 10km donc je vais forcément avoir un coup de moins bien et je ne pourrai pas tenir ce rythme tout du long. Je gère.

Ces bonnes jambes, je les ai parfaitement jusqu'au 5ème kilomètre. A la mi-course, passée en un poil moins de 20 minutes, sur les bases de mon record personnel (39'54 aux foulées de Vincennes), je suis toujours très à l'aise. Je passe le ravitaillement sans broncher, je n'ai pas besoin de boire ni de manger quoi que ce soit donc je trace ma route. J'ai maintenant rejoint un petit groupe et c'est là qu'une deuxième partie de course va débuter.

Du km 5 au km 9

A partir de là, je ne vis plus vraiment la même course car la facilité avec laquelle j'avance depuis le départ disparaît petit à petit. Désormais, j'emmène plusieurs concurrents dont 2 féminines que j'ai dépassé et qui s'accrochent derrière moi. Je n'essaie pas de lâcher ces coureurs car je sens bien que j'atteins mes limites et qu'une nouvelle accélération risquerait de me griller donc je stabilise l'allure.

Je commence à gamberger davantage. Il reste 5 kilomètres, la mi-course est passée, c'est la dernière partie de la course et, malgré une très bonne forme, je vais forcément flancher un peu et c'est avec la tête qu'il va falloir que je résiste si je veux faire un bon résultat. Pendant 2 kilomètres, je serre un peu plus les dents mais tout va bien.

C'est lorsque j'approche de la borne du kilomètre 7 que je sens que cela commence vraiment à devenir plus difficile. Je suis hyper régulier depuis quelques kilomètres, j'ai une bonne foulée et je m'applique énormément sur ma respiration donc je suis bien dans ma course mais la fatigue commence à se faire ressentir. Mais, je suis désormais principalement suivi par une féminine, Stéphanie, du club de Val d'Europe. Elle est régulièrement encouragée par des membres de son club ou des spectateurs sur le côté et elle est accompagnée depuis quelques minutes par un gars à vélo qui la pousse à tenir bon.

Il lui dit régulièrement de s'accrocher à moi, de tenir, de ne rien lâcher. Je sens que je suis vraiment un point de repère pour elle donc je me force un peu à tenir également. Je parviens à rester très régulier mais je dépense pas mal d'énergie pour cela. Je me sacrifie un peu, indirectement, pour permettre à la féminine de garder le rythme, tel un lièvre. J'aime bien ce rôle mais j'ai peur de craquer complètement dans le final.

Progressivement, on se rapproche d'une autre féminine, une camarade de club de Stéphanie. Nous l'avons maintenant en point de mire donc l'homme qui accompagne ma poursuivante à vélo l'encourage à aller la chercher en lui disant qu'elle en est capable, que c'est un mois de travail qu'elle a fait pour aller la chercher et qu'en revenant petit à petit, elle n'aura plus qu'à faire un gros dernier kilomètre pour la doubler.

Lorsque nous franchissons la borne du kilomètre 8, l'homme vient à ma hauteur et m'encourage. Il me dit de tenir bon et que je peux permettre à Stéphanie de revenir. Mais pour cela, il faut accélérer un peu car elle est encore assez loin devant quand même donc je décide de donner le tout pour le tout. Il reste encore 2 kilomètres mais tant pis, c'est tentant ! J'accélère donc assez nettement dans le but de nous rapprocher de cette coureuse de Val d'Europe.

J'ai toujours de très bonnes jambes même si je commence à souffrir un peu plus. C'est dur, 10 kilomètres, à ce rythme ! Allez, je fournis un bel effort et nous revenons à seulement quelques mètres de la concurrente que nous poursuivons. Stéphanie a bien suivi. Je tiens le rythme jusqu'à la borne du kilomètre 9, à 1 petit kilomètre de l'arrivée. A ce moment-là, je suis encore complètement sur les bases de mon record personnel et j'ai même un peu d'avance.

Photo par l'organisation dans le dernier kilomètre

Photo par l'organisation dans le dernier kilomètre

La fin de course

Le soucis, c'est que là, je commence à manquer d'énergie. Je laisse passer Stéphanie à l'entame du dernier kilomètre de l'épreuve et je relâche un peu parce que cela devient trop dur à tenir. Je ne me sens pas capable de garder cette allure pendant encore 1000 mètres ! Je n'ai pas d'objectif particulier aujourd'hui, j'ai vécu une très belle course alors je vais essayer de bien finir mais je ne compte pas terminer complètement mort.

Je perds quelques places et de précieuses secondes mais j'ai besoin de relâcher un peu pendant quelques centaines de mètres avant d'attaquer la toute fin de course. Je me relance un peu plus loin pour finir honorablement. A la sortie de la forêt, la dernière ligne droite, sur le bitume, apparaît comme interminable ! Elle passe sacrément moins facilement qu'au départ de la course. Qu'il est loin l'arche d'arrivée.

C''est péniblement que je conserve une foulée suffisamment efficace pour passer la ligne le plus vite possible et enfin pouvoir totalement relâcher mon effort. Pfiou, c'est rude mais ça fait un bien fou ce genre de course ! Les conditions étaient idéales aujourd'hui donc, bien qu'absolument pas préparé, je suis content de ma performance et de mes sensations.

Le résultat

Je termine l'épreuve en 40 minutes et 5 secondes à la 100ème place sur 687 arrivants. Je réalise donc mon troisième meilleur chrono sur 10 kilomètres, à 10 secondes de mes deux meilleures performances (39'54 Vincennes, 39'55 Houilles). Je suis pleinement satisfait de ce résultat avec une course bien gérée malgré un dernier kilomètre très compliqué. J'avais les jambes pour essayer d'aller chercher mon RP aujourd'hui mais j'ai aussi beaucoup donné pour tenir le rythme le plus longtemps possible donc je n'ai aucun regret.

Stéphanie termine en 39'47 ! Eric finit lui en un peu plus de 38 minutes tandis que Maxence arrive un peu plus de 5 minutes après moi et Marie-Gaëlle 2 minutes plus tard que le duo d'espoirs (Aurore finit 1ère de sa catégorie).

Au final, je suis ravi de ma matinée avec une très bonne organisation, des conditions idéales, de bonnes sensations et une chouette performance. Je reviendrai sans hésiter pour tenter d'aller chercher un nouveau RP dans les années à venir. Cette année, la priorité est dans 2 semaines avec le Cross-Triathlon de Jablines. Dernière préparation dimanche prochain avec le semi-marathon de la Foulée Paroissienne en mode footing long.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents