Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[02/06/2018] Les 10 Bornes de la Saint-Médard

Publié par David Gueudet sur 2 Juin 2018, 20:55pm

Catégories : #COURSE À PIED

[02/06/2018] Les 10 Bornes de la Saint-Médard

Pour débuter le mois de juin, je retourne à Brunoy, deux ans après avoir participé aux 10 kilomètres des 10 Bornes de la Saint-Médard. Cette fois, c'est sur la courte distance que je serai pour les 20 ans de l'épreuve. Je prends donc part aux 5 kilomètres 6 jours après les Foulées de Saint-Pathus que j'ai courues sur la même distance (3e sur 37 en 19'11).

Je le sais, les conditions sont ici très différentes car il y aura bien plus de coureurs au départ donc beaucoup de membres des clubs d'athlétisme du coin avec de très bons jeunes. Le parcours est très roulant donc propice aux bons chronos, ce qui attire. La course est populaire et se déroule dans une très bonne ambiance chaque année donc nous serons plus de 200 participants sur le 5km et plus de 600 sur le 10km, sans compter les courses enfants bien remplies également.

En plus, la course se déroule en fin de journée après une semaine bien chargée également. J'arrive à Brunoy sur les coups de 18h00 pour un départ à 19h00. Je ne trouve pas facilement de place de stationnement avant de trouver le bon emplacement, non loin du stade où se trouve le village d'arrivée et de retrait des dossards.

J'ai travaillé ce matin en commençant un peu plus tôt qu'à l'accoutumée puis je suis allé aider et coacher un peu au tournoi jeunes de Badminton de Chelles du midi jusqu'à mon départ pour Brunoy donc je ne suis pas particulièrement dans un état de fraîcheur optimal. Je sais que je ne ferai pas des miracles mais j'espère avant tout prendre du plaisir sur cette course que j'ai beaucoup appréciée en 2016.

Je récupère mon dossard, le 5002 (je me suis inscrit dès le lancement des inscriptions) puis je retourne me préparer à la voiture. J'avais prévu de courir avec mon tee-shirt jaune des Fauvettes mais finalement, j'arborerai le tee-shirt de la course car il est assorti au reste de ma tenue, noir et orange ! Je porte en effet mes chaussures de route Kalenji Kiprun SD oranges aux pieds et mon short adidas noir donc le maillot va bien avec. Casquette Kikouroù sur la tête et c'est tout, il fait très chaud en cette fin d'après-midi avec un soleil qui tape encore bien.

Je rejoins assez tôt la ligne de départ pour éviter de me retrouver enfermé et je me place en première ligne aux côtés des jeunes locaux de l'Athlétic Club de Brunoy. L'ensemble des participants nous rejoignent peu à peu avec de nombreux profils athlétiques des clubs environnants, au son d'un groupe de musique de Batucada, l'ambiance est garantie. Les deux speakers arrivent à leur tour accompagnés des élus pour le départ de la course, tout le monde est au taquet sur la ligne de départ, ça va partir vite. Il y a du monde sur les trottoirs en spectateurs pour encourager les proches, c'est un des aspects très sympa de cette course populaire.

Casquette rouge à droite au départ (photo par orga)

Casquette rouge à droite au départ (photo par orga)

La course

Le départ est donné à 19h00 ! Je suis en deuxième ligne finalement, juste derrière un jeune coureur espoir qui parle d'un chrono en 17 minutes. Il (Yohan si je ne m'abuse) annonce clairement qu'il compte bien prendre les rennes de la course assez rapidement donc je le laisse volontiers passer devant moi... Il s'avère qu'il finira premier !

Cela part vite et surtout, ça joue des coudes car chacun veut trouver sa place et ne pas se faire enfermer dès le début de la course... Sauf qu'une sévère chute se produit en plein milieu de la route parmi les tous premiers. Je croiserai après la course avec le principal concerné par la chute, plein d'hématomes et de brûlures qui m'expliquera que c'est un jeune cadet qui l'a bousculé avec les coudes pour se frayer un chemin et il s'est retrouvé crocheté par les pieds d'autres concurrents et donc lourdement tombé par terre. Rien de méchant mais certainement un fait qui lui a coûté la victoire car Mickaël termine tout de même 3ème de la course et possède de solides références.

Heureusement, je suis de mon côté parti complètement sur la gauche de la route donc je ne suis pas impacté par la chute qui a du coup ensuite emmenée d'autres coureurs au sol. Je me retrouve dans les premières positions car cela ne part pas si fort que je l'aurais imaginé mais je me laisse volontairement glisser un peu plus loin dans le peloton pour ne pas me griller. J'avance bien mais je ne cherche pas à suivre l'allure de concurrents qui me semblent avoir un rythme trop élevé pour moi (certains finiront en moins de 18 minutes).

Difficile de décrire mes sensations car je vais alterner entre de bons passages où je sens que j'ai des ressources et que je peux aller plus vite et d'autres moments où je sens bien que je suis limité en énergie et qu'une accélération risquerait plutôt de me faire subir la course. La chaleur et la fatigue jouent leur rôle et je n'ai pas trop de repères pour gérer ma course. Pourtant, cette fois, les kilomètres sont bien indiqués sur le bord du parcours mais je n'ai aucune référence chronométrique et pas d'entraînement sur la distance donc je ne la maîtrise pas. J'avance au feeling, comme d'habitude.

Je fais régulièrement le yo-yo avec certains concurrents que je vais croiser pendant toute la course dont un jeune du club d'athlétisme de Yerres et un moins jeune de Sainte-Geneviève il me semble. Il y a aussi un autre jeune très irrégulier qui accélère souvent mais ralentit aussi nettement à d'autres moments donc il me dépasse puis je le double à plusieurs reprises. Nous arrivons groupés (à 4 ou 5 côte-à-côte) au deuxième kilomètre après une longue ligne droite. Nous avons fait quelques centaines de mètres en pleine ville, sur la route avant de nous retrouver sur un chemin relativement large. C'est agréable qu'une moitié de cette course tout de même très urbaine se fasse dans la forêt de Sénart.

Au bout de la longue allée, nous prenons un virage à 90 degrés sur la gauche pour retrouver un chemin qui serpente davantage et où l'ombre est davantage présente. Dans le début de ce virage, le coureur de Sainte-Geneviève me bouscule un peu avec son bras droit alors que j'essaie de ne pas avoir une trop large trajectoire, ce qui me déstabilise un peu. Mon genou vient toucher le talon du coureur qui me précède. Un fait de course sans la moindre conséquence et le "fautif" s'excuse immédiatement mais c'est un détail comme cela qui peut provoquer une chute. Je suis ensuite ce fameux concurrent qui accélère tandis que d'autres marquent un peu le coup.

[02/06/2018] Les 10 Bornes de la Saint-Médard

C'est là que nous commençons à dépasser 2 ou 3 jeunes qui se sont emballés en début de course et qui craquent désormais. Deux s'arrêtent carrément pour marcher afin de reprendre leur souffle tandis qu'un autre ralentit nettement. Je ne me sens pas en super forme mais les jambes répondent correctement et je m'applique pour bien respirer donc tout va bien de mon côté.

Dans la ligne droite qui nous amène vers la sortie de la forêt, quelques coureurs me doublent tandis que j'en rattrape certains également. L'avantage sur cette épreuve, c'est que l'on est rarement seul. En revanche, je me fais la réflexion que je n'ai vu aucune féminine depuis le début de la course. Lorsque j'entends un coureur qui revient et qui encourage son poursuivant à ne rien lâcher, j'imagine que c'est la première mais pas du tout, c'est juste un jeune.

Un autre coureur que j'avais repéré avant la course avec ses très longs cheveux m'a également dépassé et j'avoue avoir à coeur de finir devant lui donc je m'accroche malgré le fait qu'il ait une meilleure allure que moi pour l'instant. Je sens que je peux le dépasser en fin de course. Nous retrouvons le bitume avec un virage serré sur la gauche puis un autre encore plus serré sur la droite, difficile de relancer derrière mais je tiens bon derrière le jeune de Yerres que je rattrape même. Je l'ai beaucoup suivi depuis le début de la course, à moi de l'emmener désormais, je sens qu'il ne se laissera pas décrocher.

Nous abordons désormais le dernier kilomètre de la course. Je n'ai pas des jambes de feu mais je ne suis pas trop marqué par les quatre premiers kilomètres, ils sont passés assez vite. Contrairement à Saint-Pathus, je ne me suis pas mis dans le rouge aujourd'hui mais cela se paiera au chrono. Tant pis, je n'avais de toute manière pas réellement d'objectif même si j'aurais aimé approcher les 19 minutes. Je ne pouvais rien espérer pour le classement donc la motivation n'était pas du tout la même malgré un parcours très roulant.

Je déroule plutôt bien dans ces dernières centaines de mètres. Je reconnais le final et je sais qu'il peut m'être favorable avec un léger faux-plat montant puis une petite descente en direction du stade. Ma vitesse est bonne, je reviens sur certains concurrents. Je devance désormais le jeune de Yerres et surtout, je rattrape et dépasse l'homme aux cheveux longs ainsi que le coureur de Sainte-Geneviève que je double dans la dernière ligne droite, sur la piste d'athlétisme.

Je tiens bon dans le final avec une sérieuse accélération. Je ne regarde pas derrière moi, je pense avoir fait la différence par rapport à mes concurrents directs mais en me relâchant avant la ligne, je me fais passer par le jeune coureur de Yerres ! Allez, c'est de bonne guerre, on s'est côtoyé toute la course, j'étais mieux vers la fin mais il a eu les ressources pour s'arracher dans la dernière ligne droite et griller tout le monde sur la ligne, bien joué ! Mais je t'aurai la prochaine fois^^

Dernier virage de la course, à 100 mètres de l'arrivée (photos par orga)

Dernier virage de la course, à 100 mètres de l'arrivée (photos par orga)

Je termine à la 23ème position sur 218 arrivants, 9ème senior en 19 minutes et 36 secondes. Je pense que la fatigue et la chaleur justifient ce chrono assez médiocre pour moi étant donné le parcours très favorable. Ma gestion de la course n'est pas forcément bonne car je ne sais pas vraiment ce que je vaux sur ce type de distance et je n'ai pas cherché à lutter particulièrement pour une place contrairement à la semaine dernière, ce qui explique que je finisse avec un moins bon temps sur un parcours plus facile. Et je le sais, plus il y a de lignes droites, moins cela me convient.

Je suis quand même très content de ma course car j'ai pris du plaisir dans une très chouette ambiance et un bon esprit. Les sensations étaient tout de même convenables, j'ai le sentiment que j'aurais pu faire mieux mais au moins, je ne me suis pas mis dans le rouge. Je profite ensuite du beau temps pour récupérer tranquillement, prendre des nouvelles des résultats des jeunes badistes et manger à la buvette mise en place (sympa les sandwichs saucisses et merguez !).

Je reste jusqu'au début de la remise des récompenses après avoir suivi la course de 10km. Plus de 600 partants, un vainqueur éthiopien en 29'53 (record de l'épreuve battu d'extrême justesse) et une belle course à suivre, jusqu'aux derniers en un peu moins d'une heure et vingt minutes, y compris une joëlette qui prenait part à sa première course avec le petit Jules, un beau moment. Je n'assiste pas au tirage au sort des dossards car je sens que sinon, je ne vais pas partir de bonne heure mais l'épreuve se finit dans une ambiance très festive avec un petit concert organisé à partir de 22h00 pour fêter les 20 ans de la course, sympa ! Je pense que je reviendrai, possiblement avec des ambitions chronométriques.

[02/06/2018] Les 10 Bornes de la Saint-Médard
[02/06/2018] Les 10 Bornes de la Saint-Médard[02/06/2018] Les 10 Bornes de la Saint-Médard
Autre photo dans le stade, avant le sprint final

Autre photo dans le stade, avant le sprint final

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents